BOUZAIS

Bouzais et son histoire

    L'homme s'est installé très tôt sur les rives du Cher, à proximité du gué de La Roche, on y trouve de nombreux silex du paleolithique supérieur.

    Au néolithique, l'homme semble se replier sur le plateau calcaire de la Garenne, mieux protégé, à proximité de l'eau et des terrains de chasse. On en trouve pour preuve quelques silex, pointes de flèches, grattoirs présentés au musée St Vic de St AMAND Md.

    On trouve également la trace d'un tumulus vraissemblablement de l'ère du bronze.

    Plus tard, on remarque l'exploitation des calcaires durs de l'hettangien qui servaient a fabriquer la chaux. Un four à chaux subsiste d'ailleurs mais fut transformé en habitation il y a quelques décénies.

    Le gué de La Roche donnait un accès rapide à St AMAND Md, aussi dès 1914 les habitants construisirent une passerelle qui était démontée dès l'arrivée des hautes eaux. Lassés par l'impossibilité d'y obtenir un vrai pont, ils abandonnèrent sa reconstruction annuelle dans les années 1970.

    Nous savons qu'en 1256, BOUZAIS, qui s'appelait alors BOZAY, était un fief relevant d'ORVAL; Guiot de Pesquier laisse alors pour veuve Jeanne de Veaugue, dame de BOZAY, qui fait aveu pour l'ostel de BOZAY. Il semble que Philippe Guillon, seigneur du Bouchet (Bosqueto) était seigneur de Bouzais en 1377, puisqu'il dispose alors d'une partie des grandes dîmes. La paroisse était sous le vocable de Saint Roch et la cure à la nomination du prieur de Givardon. Le village de la Roche qui a formé un fief relevant d'ORVAL, a possédé une chapelle de Saint ROCH, que l'on n'a malheureusement pas retrouvée..

    La modeste église romane du XIème siècle récement restaurée est accessible par une porte basse. Elle possède un choeur de la fin du XV ème, sa cloche date de 1521.

A Suivre ...